License

Blogroll

Search

Music Break – Bénabar

January 1, 2012 by and tagged

Politiquement Correct, from his 2011 album, Les Bénéfices du Doute:

Lyrics:

J’aime mes parents et mes enfants, c’est bien pensant
J’aime pas la guerre ni la misère, c’est énervant.

Tu trouves ça peut-être politiquement correct…
Mais moi j’t'emmerde !

Je ne suis pas raciste, je suis droit de l’hommiste, j’porte pas d’fourrure.
Je ne regrette pas la guillotine, je ne suis pas misogyne, j’trie mes ordures

Je suis, je le répète : politiquement correct
Mais moi j’t'emmerde !

Je n’ai rien contre les mosquées, je ne me sens pas menacé par les minarets
Je ne crois pas que les homos ne sont pas normaux ou forcément coquets,

Je suis une tapette, politiquement correcte
Et moi j’t'emmerde !

Victime de la pensée unique, je suis, je l’avoue laïc pendant qu’j'y pense
Je précise que je ne crois pas qu’il y aie trop d’juifs dans les médias ou la finance

Je risque de te paraître, politiquement correct
Mais moi j’t'emmerde !

Ça va te sembler démagogue mais je déconseille la drogue même aux mineurs
Je milite pas tiens toi bien pour l’extinction des dauphins j’veux pas qu’ils meurent

Tu trouves ça naïf et bête politiquement correct
Et moi j’t'emmerde

Je ne parle pas à la à la concierge ni à la femme de ménage comme à des chiennes
Il faut respecter tous les gens je l’enseigne à mes enfants pour qu’ils deviennent

Un jour comme je le souhaite politiquement correct
Et on t’emmerde

Posted in Music | 3 Comments »



3 Responses to “Music Break – Bénabar”

  1.   Thomas Goirand Says:

    En lisant ce text, mon esprit de contradiction est rapidement embarrassé tant il est difficile de contredire ces idées gentilles, un peu mielleuses.
    Le problème est qu’il ne s’agit pas d’idées mais seulement de généralités et ces propos pourraient être débattus tout autrement s’ils étaient plus précis. Exemples:

    “Je n’ai rien contre les mosquées, je ne me sens pas menacé par les minarets”, mais accepterais-je vraiment qu’une mosquée de style orientale se construise dans ma rue?
    “Je ne suis pas raciste” mais est-ce que j’accepterai que ma fille se marie avec noir, un indien, un asiatique qui n’est pas assimilé à la société dont j’appartiens?
    “je ne crois pas qu’il y aie trop d’juifs dans les médias ou la finance”: Mais accepterais-je qu’il n’y ait *que* des juifs des ces milieux.
    “Je ne crois pas que les homos ne sont pas normaux”, s’ils sont normaux pourquoi les couples ne peuvent-ils pas avoir d’enfants, ou sinon qu’est-ce que la norme?

    Autant de questions qui d’abord entrainaient peu de reflexion et qui deviennent alors un peu plus embarrassantes jusqu’à entrainer un brin de réflexion (alors que vous admettrez que ce sont les mêmes questions).

    Ce qui me choque avec cette chanson, c’est la virulence de la pensée unique et l’absence même de l’ouverture au débat:
    Je pense ceci, et “je t’emmerde” je ne veux pas écouter ta contradiction. C’est exactement ce que Chomsky dénonce dans la pensée dominante:
    Les contradictions voudraient qu’on leur laisse plus de temps d’être énoncées, expliquées, car ces pensées ne sont pas forcement assimilées par la plus part des gens. Mais non, je t’emmerde.

    Le pire est qu’on voit Benabar venir avec cette chanson bien pensante, comme il dit. J’imagine qu’il la pense comme un hymne contre le Front National. Le chanteur bien sur se trompe car sa chanson est fasciste: “Je ne te laisserai pas me contredire et d’ailleurs je t’emmerde.”

    Cette chanson renvoie le FN au statut de parti démocrate qui au moins, lui, ouvre le débat (enfin a son niveau). Les questions du FN sont la plupart malvenues, opportunistes car créées sur des craintes et les réponses qu’il donne sont populistes et mauvaises, mais peu de gens expliquent pourquoi et trouvent les mots pour le faire comprendre.
    En tout, pour moi cette chanson a tout faux et ce n’est pas en donnant de la merde, même aux moins appréciés des électeurs qu’on va pour les élections à venir, récolter le meilleur.

    Thomas

    Reply

  2.   SocProf Says:

    1. Capacite a se reproduire ne definit pas normalite. Apres tout, personne ne considere les heterosexuels steriles comme anormaux. Et il n’y a rien dans la chanson qui implique des reponses negatives a vos questions inventees, qui sont des appats plus que des demandes de reflexion. Ou est l’embarras? A reconnaitre ne pas etre effraye des mariages mixtes dans sa famille?

    2. Une chanson n’est pas une these ou un livre de debat entier. C’est un simple reflet (limite par le format) de la pensee de l’artise. Fauter la chanson de ne pas explorer en details et en profondeur tous les aspects thematiques, c’est commettre ce que le philosophe anglais Gilbert Ryle appelait une erreur de categorie.

    3. La chanson ne dit pas que le suppose personnage ne laisserait pas autrui le contredire, simplement quelle serait la reponse a la contradiction en question.

    4. Reference au fascisme vous approve dangereusement de la loi Godwin, par laquelle une telle invocation detruit la credibilite de celui qui l’use (ca vaut pour la reference ridicule au FN… Godwin made in France).

    Vous n’aimez pas la chanson et son theme. C’est votre probleme, mais n’extrapolez pas en fonction de vos propres prejuges.

    Reply

  3.   Thomas Goirand Says:

    1- Vous tombez aussi dans le piège, je ne sais simplement pas ce que Benabar définit comme normal. Les homosexuels sont normaux, bien sur, il ne s’agit pas de vos convictions ou des miennes, ca depends surtout de ce qu’on défini comme normal. Bien sur, ca ne mange pas de pain de dire qu’on pense qu’il sont normaux quand c’est l’idée dominante. Tout comme c’est simple de dire que fumer c’est pas bien, mettre un préservatif c’est bien, boire un peu de vin tous les jours, c’est bien pour la santé. Tous ces courants du bien pensant et de l’idée dominante.

    2- En peu de mots et d’expressions, la chanson se doit d’évoquer un sentiment ou une idée. Ici, c’est plus maladroit que réussi.

    3- Avoir déjà la réponse à une contradiction dont on ne connait pas les arguments, c’est le souhait de ne pas vouloir l’écouter.
    Ce d’ailleurs un peu l’attitude que vous avez garder avec ma contradiction.

    4- Si je prends le fascisme comme exemple, c’est que vraisemblablement cette chanson souhaite le combattre.
    Il y a ceux qui voient du Nazisme partout et ceux qui voit du Godwin partout. L’un n’est pas meilleur que l’autre.

    Reply

Leave a Reply